Graine de Violence

Graine de Violence

Le podcast qui chronique les grands fêlés des l'histoire de la musique

Graine de Violence

Graine de Violence est une série de portraits d'icônes de la musique moderne, soigneusement sélectionnés pour leurs vies périlleuses, leurs œuvres singulières ou leurs folies encombrantes. En m'appuyant sur des bouquins et des discographies, j'essaie de comprendre ce qui nourrit leur musique, ce qu'elle veut nous dire. Surtout, je cherche à savoir ce qui me bouleverse dans les mélodies de ces individus parfois peu recommandables. Si vous aimez les stars déchues, les perdants magnifiques, les héros sacrifiés et les méchants romanesques qui hantent vos oreilles, Graine de Violence est pour vous.

En cours de lecture

Sinéad O'Connor, pop-star sacrifiée

C'est la boule à zéro la plus emblématique des années 90. Son visage  angélique, sa voix phénoménale et ses yeux humides avaient sorti de sa  torpeur un paysage musical morne gouverné par MTV. Avec Nothing Compares  2 U, sa fameuse reprise de Prince, elle prouvait que même la pop  mainstream pouvait s'envisager avec passion et sincérité. La môme  irlandaise n'était jamais à court de révoltes, et, toujours très cash  dans sa façon d'exprimer ses opinions, elle s'est logiquement mise à dos une trop large proportion démographique, à savoir les vieux croûtons  réactionnaires. Dans cette émission, Graine de Violence tente de rendre justice à une grande chanteuse qui n'a pu exprimer tout  le potentiel de son talent, crucifiée sur l'autel du politiquement  correct.

Publié pour la première fois en août 2018.

Article disponible sur le site Chicane Magazine : http://www.chicane-magazine.com/2018/08/30/graine-de-violence-sinead-oconnor-magda-davitt/

Quelques références...

La plupart de mes sources me viennent d'un unique bouquin, pas très  épais (So Different de Dermott Hayes, évidemment jamais traduit)  et  d'interviews trouvées sur le site officiel de Sinéad O'Connor  (http://www.sinead-oconnor.com/). Sinon, des interviews par-ci par-là,  sur youtube, dans des magazines qui ont eu la gentillesse de numériser  leurs articles... Bref, comme je l'explique dans le podcast, pas grand chose.

Quelques disques :

  • Sinéad O’Connor – The Lion And The Cobra (1987)
  • Sinéad O’Connor – I Do Not Want What I Haven’t Got (1990)
  • Sinéad O’Connor – Am I Not Your Girl (1992) (album de reprises jazz)
  • Sinéad O’Connor – Universal Mother (1994)
  • Sinéad O’Connor – Gospel Oak (1997)
  • Sinéad O’Connor – Sean-Nos Nua (2002) (album de reprises folklore irlandais)
  • Sinéad O’Connor – Throw Down Your Arms (2005) (album de reprises reggae)
  • Sinéad O’Connor – Collaborations (2005) (Avec Asian Dub Foundation, The Blockhead, Peter Gabriel, Jah Wobble…)
  • Massive Attack – 100th Window (2003) (trois morceaux avec Sinéad O’Connor)

Et un chouette live :

  • Year Of The Horse, live at Forest National, Brussels (1991)

Retrouvez la playlist avec tous les morceaux utilisés pour l'épisode ici :

https://open.spotify.com/playlist/5oRE3A8zXFQQNu0aNDVhcD?si=2a16a2ada8f54fbf

facebook

twitter

Instagram

En cours de lecture

The Pogues, l'odyssée beurrée de Shane MacGowan

Dans le vaste univers du rock'n'roll, les Pogues ont un statut  particulier. Les fans ne se contentaient pas de danser la gigue à leurs  concerts: il n'y a qu'à voir leurs yeux s'humidifier à la simple  évocation du chanteur Shane MacGowan. Il faut dire que ce dernier est un  freak chargé comme de l'absinthe, capable de foutre en pelotes les  nerfs des plus patients, mais en même temps c'est l'une des  personnalités les plus attachantes et émouvantes de l'histoire du rock.  Son attachement pour ses racines irlandaises et sa plume élégante y sont  pour quelque chose. C'est à sa verve passionnée que l'on doit la magie  des Pogues. Leur musique tient de la pure folie, un bordel joyeux et  nihiliste qui dissimule une poignante mélancolie celtique.  Malheureusement, le déclin de Shane ne surprendra personne : alcoolique  au dernier degré, il sabotera sa carrière comme seuls les plus glorieux  des anti-héros savent le faire.

Publié pour la première fois en mars 2016. 

Article disponible sur le site Chicane Magazine : http://www.chicane-magazine.com/2017/03/29/graine-de-violence-the-pogues/

Quelques références :

Des bouquins :

"A Drink With Shane MacGowan" - Livre d'entretiens entre le chanteur et sa compagne, Victoria Mary Clarke (livre en anglais)

"Shane MacGowan : London Irish Punk Life & Music" - de Joe Merrick (livre en anglais)

"Here Comes Everybody" - Excellent bouquin de James Fearnley, accordéoniste des Pogues (livre en anglais)

"The Dark Stuff" (titre français "L'envers du rock") chez Austral, recueil d'articles de Nick Kent

Des albums :

Red Roses For Me - The Pogues

Rum, Sodomy & The Lash - The Pogues

If I Should Fall From Grace With God - The Pogues

Hell's Ditch - The Pogues

The Snake - Shane MacGowan & The Popes

Seven Drunken Nights - The Dubliners

Brendan Behan Sings Irish Folksongs and Ballads - Brendan Behan

The Clash - The Clash

Give'Em Enough Rope - The Clash

My Aim Is True - Elvis Costello

This Year's Model - Elvis Costello

Des films :

Le Vent se Lève de Ken Loach

Bloody Sunday de Paul Greengrass

Remerciement spécial :

Merci à mon ami Jeff Caboche, très grand fan des Pogues qui m'a beaucoup aidé pour ce texte.

Retrouvez la playlist avec tous les morceaux utilisés pour l'épisode ici :

https://open.spotify.com/playlist/2oRnHjvqBHM3wjKONuJhAx?si=120ff92183774e04

facebook

twitter

Instagram

En cours de lecture

Phil Spector, la chute du Mur de Son

Il fut un temps où Phil Spector était un roi. Au début des sixties,  toute l'industrie de la pop était à ses pieds. Ce petit mec de rien du  tout, sorti de nulle part, s'était imposé en haut du podium de la  production musicale, bousculant au passage tous les requins de maisons  de disques. Car non content d'être un homme d'affaires roublard à  l'instinct surhumain, Spector est un génie musical, un virtuose qui a  repoussé les limites de la pop avec son révolutionnaire Mur de Son.
Son œuvre est de celles qui bouleverse les normes, Spector veut toujours  aller plus loin, faire plus grand, plus fort. Mais, Phil Spector  n'étant pas un adepte de la demi-mesure, il glissera du sommet pour  explorer les fonds marins. C'est un cas exemplaire de dégringolade  sociale à la Scarface, l'histoire d'un fou mégalomane qui aperçoit les  jardins de Babylone avant d'être rattrapé par ses effroyables démons.

Publié pour la première fois en décembre 2015.

Article disponible sur le site de Chicane Magazine : http://www.chicane-magazine.com/2017/02/01/podcast-graine-de-violence-phil-spector/

Quelques références :

De la lecture :

"Le Mur de Son" de Mick Brown (Editions Sonatine)

L'excellent site http://www.ed-wood.net/

De la musique : 

"Back To Mono (1958-1969)" coffret 4 CD de Phil Spector (Phil Spector records Inc)

"Plastic Ono Band" de John Lennon (EMI Records Ltd)

"Let It Be" des Beatles (EMI Records Ltd)

"All Things Must Pass" de George Harrison (Apple)

"End Of The Century" des Ramones (Sire Records Company)

Retrouvez la playlist avec tous les morceaux utilisés pour l'épisode ici :

https://open.spotify.com/playlist/2faEMc9aanDtucyhdWExVY?si=2ff72a80881a4186

facebook

twitter

Instagram

En cours de lecture

Nico, soigner le mal par le mal

On connait peu la carrière solo de Nico. Et pour cause, son oeuvre ne  s'appréhende pas avec facilité. Lorsqu'en 1967 sortit son premier album  Chelsea Girl, un splendide petit classique orchestré par ses  ex-comparses du Velvet Underground, on pouvait s'attendre à un avatar  plaisant de Marianne Faithfull. Mais lorsqu'elle se mit à composer, ce  fut un tout autre son de cloche. L'ex mannequin, égérie de Frederico  Fellini, allait créer un univers sonore radical, oppressant,  anti-glamour à souhait. Des cauchemars musicaux à la fois terrifiants et  bouleversants qui illustraient, façon bande originale horrifique, une  existence sordide et tragique.


Publié pour la première fois en novembre 2015. Article disponible sur le site de Chicane Magazine : http://www.chicane-magazine.com/2017/10/09/podcast-graine-de-violence-nico/

Quelques références...

Des bouquins :

  • "Vous n'étiez pas là", biograhie / hommage / fiction de Alban Lefranc
  • "Cible Mouvante", poèmes, chansons et d"but d'autobiographie de Nico
  • "Songs They Never Play On The Radio" de James Young
  • "What's Welsh For Zen, une autobiographie" de John Cale
  • "White Light White Heat, Le Velvet Underground au jour le jour" de Richie Unterburger
  • "Pop Yoga" de Pacôme Thiellement, chapître "The Velvet Underground & Nico, l'album blême"

Des albums :

  • The Velvet Underground & Nico - Velvet Underground (1967)
  • Chelsea Girl - Nico (1967)
  • The Marble Index - Nico (1968)
  • Desertshore - Nico (1970)
  • The End - Nico (1974)
  • Drama Of Exile - Nico (1981)
  • Camera Obscura - Nico (1985)
  • Music For A New Society - John Cale (1981)
  • June 1, 1974 - Kevin Ayers, Brian Eno, Nico et John Cale

Un doc :

  • Nico Icon de Susan Ofteringer

Retrouvez la playlist avec tous les morceaux utilisés pour l'épisode ici :

https://open.spotify.com/playlist/4DVbxUGkWShA972AoFUn0g?si=65ad281dad514597

facebook

twitter

Instagram

En cours de lecture

Bowie / Eno, la trilogie Berlinoise

Deux jours après son soixante-neuvième anniversaire et la sortie de son   album ultime, David Bowie a rendu l'âme, à la stupeur générale. On   savait plus ou moins que la santé du caméléon de la pop était   capricieuse, mais on se disait que sur sa planète la médecine était   probablement plus avancée que la nôtre. Du coup, on n'a pas pris le temps d'imaginer le monde sans lui. Parce que Graine de Violence lui   doit beaucoup, il était impensable de ne pas lui rendre hommage. Cette émission raconte sa période "berlinoise", sa collaboration prolifique   avec le plus virtuose des amateurs, Brian Eno. Entre 1977 et 1979, les deux musiciens allaient produire trois albums monumentaux, parmi les   plus influents de leur carrières respectives : Low, "Heroes" et Lodger. Bowie se remet alors d'une longue psychose paranoïaque, entretenue par   sa consommation effrénée de cocaïne. En quête de paix intérieure, il acquiert une liberté artistique inédite grâce à l'approche   anticonformiste de Brian Eno. Ils ne le savent pas encore, mais leur   travail aboutira à la naissance d'un nouveau courant musical : la New Wave.

Publié pour la première fois en mars 2016. Article disponible sur le site de Chicane Magazine : http://www.chicane-magazine.com/2018/01/10/graine-de-violence-trilogie-berlinoise-bowieeno/

Quelques références...

Des bouquins :

  • La Trilogie Bowie-Eno de Matthieu Thibault
  • David Bowie - Le Phénomène Ziggy Stardust de Enrique Seknadje
  • Bowie de Nicolas Ungemuth
  • On Some Faraway Beach (biographie de Brian Eno) de David Sheppard
  • Iggy Pop de Nicolas Ungemuth
  • Apathy For The Devil de Nick Kent
  • Pop Yoga de Pacôme Thiellement (chapître  10 : Lowie, Low & "Heroes")
  • Des articles de Lester Bangs : David Bowie, Station To Station - Eno Chante Avec Les Poissons - Iggy Pop, Lampe à Souder Sado-Maso

Des disques :

Ceux qui ont participé à la trilogie berlinoise :

  • Station To Station de David Bowie (1976)
  • Low de David Bowie (1977)
  • "Heroes" de David Bowie (1977)
  • Lodger de David Bowie (1979)
  • Another Green World de Brian Eno (1975)
  • Before And After Science de Brian Eno (1977)
  • The Idiot de Iggy Pop (1977)
  • Lust For Life de Iggy Pop (1977)
  • Roxy Music - Roxy Music (1972)
  • For Your Pleasure - Roxy Music (1973)
  • Red de King Crimson (1974)

Quelques inspirations et quelques inspirés

  • Radio-Activity de Kraftwerk (1975)
  • Trans-Europe Express de Kraftwerk (1977)
  • Neu! de Neu! (1972)
  • Tago Mago de Can (1971)
  • Fear Of Music de Talking Heads (1979)
  • Remain In Light de Talking Heads (1980)
  • Unknown Pleasure de Joy Division (1979)
  • Closer de Joy Division (1980)

En bonus, ma critique de The Idiot de Iggy Pop :

https://www.albumrock.net/album-iggy-pop-the-idiot-1852.html

Retrouvez la playlist avec tous les morceaux utilisés pour l'épisode ici :

https://open.spotify.com/playlist/4sAtDP9Ep29hClbXHtcWwu?si=18102714c3c7416d

facebook

twitter

instagram